Return to site

Les ambassadeur.ice.s du climat de la ville de Vernon : Ou comment susciter un large soutien en faveur de l'action climatique

Mary Stockdale

· Général

En tant qu'Organisatrice régionale pour l'intérieur et le nord de la Colombie-Britannique, Laura Sacks est toujours à la recherche d'initiatives innovantes à partager aux membres de la communauté du carrefour climatique communautaire qu'elle représente.

Lors de la première conférence téléphonique du carrefour climatique communautaire en novembre 2020, Mary Stockdale a parlé du programme des ambassadeur.ice.s du climat qu'elle a aidé à lancer à Vernon. Immédiatement, Laura a voulu en savoir davantage et a demandé à Mary si elle serait intéressée par l'écriture d'un article pour le Hublog du Projet de la réalité climatique Canada, afin qu'elle puisse partager son expérience avec les membres des carrefours à travers le pays.

Découvrez ci-dessous la contribution de Mary Stockdale, professeur adjoint de géographie au campus Okanagan de l'UBC. Elle est également membre du nouveau carrefour climatique communautaire d'Okanagan.

La crise climatique exige de faire preuve de créativité, mais aussi à la fois de posséder la volonté d'innover. Cela est particulièrement vrai lorsqu'on travaille dans de petites municipalités, où les ressources sont rares. Le Climate Action Advisory Committee (CAAC) de la ville de Vernon en Colombie-Britannique (environ 42 000 habitants) a mis au point un programme d'ambassadeur.ice.s du climat innovant qui permet d'impliquer un plus grand nombre de membres de la communauté dans l'élaboration de leur plan climatique.

La ville de Vernon a officiellement lancé un processus d'élaboration d'un plan d'action climatique (PAC) fin 2018, après que les activistes du climat aient exercé une pression croissante en faveur d'une action municipale ambitieuse sur les changements climatiques. Pour encadrer ce processus, un comité consultatif sur l'action climatique (CAAC) a été mis en place. Ce comité est composé de membres de la communauté sélectionné.e.s pour représenter un éventail de milieux et de domaines pertinents.

Le programme d'ambassadeur.ice.s du climat du CCEA est devenu un mécanisme de premier plan pour atteindre la communauté au sens large. Au printemps 2019, l'urbaniste Laurie Cordell, ainsi que Bill Darnell et moi-même, membres du CCEA, avons organisé des sessions de formation d'une demi-journée pour plus de 30 ambassadeur.ice.s, dont quatre jeunes ambassadeur.ice.s, tous recruté.e.s par les réseaux du CCEA. Ces sessions de formation se sont principalement concentrées sur le renforcement de la capacité des ambassadeur.ice.s à donner une présentation de diapositives interactive et personnalisée de 20 minutes visant à sensibiliser et à solliciter la contribution de la communauté au projet de PAC.

L'inspiration pour ce programme est venue d'une source inhabituelle : le Climate Outreach, basé au Royaume-Uni, une organisation internationale de communication sur le climat avec laquelle j'ai travaillé, à distance, ces dernières années. Le principe central de la théorie du changement du Climate Outreach est que les communicat.eur.ice.s sur le climat doivent trouver des moyens d'aller au-delà des groupes environnementalistes habituels. Ils doivent engager une partie beaucoup plus large de la société, afin de construire le large mandat social nécessaire pour éviter la polarisation politique et pour réaliser une action climatique ambitieuse et durable. Une part importante de ce travail peut et doit être réalisée au niveau communautaire.

Le personnel de la ville de Vernon et les membres de la CAAC ont modelé notre programme d'ambassadeur.ice.s sur le succès du programme d'ambassadeur.ice.s climatiques de Climate Outreach pour le Women's Institute, un réseau de 6 300 instituts et de plus de 220 000 membres. Leur programme aide les communautés de tout le Royaume-Uni à parler des conséquences des changements climatiques et à s'y préparer. Les concepts clés des programmes d'ambassadeur.ice.s du Climate Outreach et de Vernon, issus de la base de données de recherche, sont centrés sur la formation de messag.er.ères de confiance afin qu'ils.elles entrent en contact avec leurs propres réseaux de pair.e.s, en utilisant un langage et des récits personnalisés qui font le lien avec le sentiment d'identité, les valeurs fondamentales et les aspirations à un avenir meilleur de leur public cible.

Jusqu'à présent, le résultat de notre programme d'ambassadeur.ice.s de Vernon a permis de toucher plus de 1000 membres de la communauté dans un large éventail de groupes, y compris l’industrie des services, des organisations à but non lucratif (OBNL), des organisations professionnelles, des clubs, des églises et des entreprises. Cela a sans aucun doute conduit à une plus grande sensibilisation de la communauté au PAC, et à un retour d'information considérable de la part des membres de la communauté dans le développement du plan. En décembre 2020, un ambitieux projet de plan d'action pour le climat a été adopté en principe par le conseil municipal. Après un nouveau cycle d'engagement communautaire, il sera soumis au Conseil début avril pour approbation de sa mise en œuvre.

Une évaluation informelle du programme des ambassadeur.ice.s a été utile jusqu'à présent pour nous permettre de réfléchir à l'adaptation du programme pour la phase de mise en œuvre de la PAC, par opposition à la phase de planification. Les principales conclusions montrent que les principaux obstacles sont liés à l'aisance des volontaires à s'exprimer et à atteindre des personnes au-delà des "suspect.e.s habituel.le.s".

Il peut être difficile de faire un pas en avant et d'être le premier parmi ses pair.e.s à parler des changements climatiques. Nos ambassadeur.ice.s ont besoin de beaucoup de soutien, surtout à mesure que nous progressons vers l'engagement de ces groupes plus difficiles à atteindre. Nous devrons explorer de nouvelles façons pour ces champions du climat d'interagir avec leurs pair.e.s de la manière qui leur semble la plus appropriée et la plus confortable; par exemple, en explorant davantage la manière d'avoir des conversations individuelles sur le climat, ou en adoptant une approche plus orientée vers l'action.

À ce jour, la tendance est toujours de prêcher principalement à des groupes communautaires convertis et engagés qui sont déjà favorables à l'action en faveur du climat. Nous développons actuellement un programme de recherche communautaire avec l”Université de Colombie-Britannique d’Okanagan sur la manière d'engager les groupes communautaires qui sont plus difficiles à atteindre. Il s'agit de groupes ayant tendance à s'engager peu, comme les groupes religieux (bien qu'un début prometteur ait été fait dans plusieurs églises), les travaill.eur.euse.s et les syndicats, et les citoyen.ne.s à revenus élevés; de groupes ayant des obstacles à l'engagement, comme les jeunes (bien qu’un pas dans la bonne direction ait été fait à ce niveau là), les membres des communautés autochtones, les minorités visibles et les citoyen.ne.s à faibles revenus.

A propos de Mary :

Mary, professeure adjointe de géographie au campus de l'Okanagan de l'UBC, a fait de l'engagement des communautés dans l'action pour le climat sa préoccupation centrale. Au niveau local, elle a été l'une des fondatrices et la directrice du réseau North Okanagan, qui existe depuis 10 ans, Climate Action Now! (CAN!), et elle est également co-présidente du comité consultatif sur l'action climatique (CAAC) de la ville de Vernon, qui vient de publier son projet de plan d'action sur le climat. Mary a également travaillé pour l'organisation de communication sur le climat Climate Outreach, basée au Royaume-Uni.

Elle fait partie du nouveau Carrefour climatique communautaire d’Okanagan qui couvre Vernon et d'autres régions de l'Okanagan.

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OK