Return to site

La première évaluation des changements climatiques en Inde

Par Climate Reality India

· Général

L'Inde est confrontée à une crise sans précédent due aux impacts des changements climatiques, a révélé le mois dernier un rapport d'évaluation du gouvernement, présentant une analyse sombre des changements observés et des projections futures des impacts du réchauffement, notamment les changements de précipitations, l'augmentation de la température, les sècheresses, l'élévation du niveau de la mer et les évènements météorologiques extrêmes.

Le rapport intitulé « Évaluation des changements climatiques dans la région de l'Inde - Rapport du Ministère des sciences de la terre, gouvernement de l'Inde » est le tout premier rapport sur les changements climatiques en Inde préparé par le Centre de recherche sur les changements climatiques (CCCR) de l'Institut indien de météorologie tropicale (IITM) de Pune.

Notant que la température moyenne mondiale a augmenté d'environ 1°C depuis l'époque pré-industrielle, le rapport indique que l'ampleur et le rythme du réchauffement ne peuvent s'expliquer par les seules variations naturelles et doivent nécessairement tenir compte des changements dus aux activités humaines. Le rapport souligne également que le réchauffement depuis les années 1950 a déjà contribué à une augmentation significative des manifestations météorologiques extrêmes telles que les vagues de chaleur, les sècheresses et les cyclones, à des modifications des précipitations et des régimes de vent, y compris des changements dans les systèmes de mousson, au réchauffement et à l'acidification des océans, à la fonte de la glace de mer et des glaciers, à l'augmentation du niveau des mers et à des changements dans les écosystèmes marins et terrestres.

Le rapport mentionne l'augmentation prévue des températures moyennes mondiales de 5°C ou plus d'ici la fin du XXIe siècle aux taux actuels d'émission de GES et ajoute que même si tous les engagements de l'accord de Paris étaient respectés, le réchauffement de la planète dépasserait encore 3°C d'ici la fin du siècle. Il est évident que le monde devra aller bien au-delà des contributions déterminées au niveau national prévues par l'accord de Paris pour éviter des changements climatiques catastrophiques. La réaction mondiale de mise en confinement des populations face à la pandémie de Covid19 nous donne l'espoir qu'une telle action de collective est tout à fait possible en cette période critique.

 

Changements climatiques en Inde : Changements observés et projetés

L'Inde est un vaste pays avec de nombreuses zones climatiques, et par conséquent, les changements climatiques locaux et leurs causes peuvent être assez complexes. Cette évaluation est la première tentative de documenter les changements climatiques dans différentes parties de l'Inde, les changements observés et les implications futures pour les différentes régions.

 

Augmentation de la température en Inde

La température moyenne de l'Inde a augmenté d'environ 0,7°C entre 1901 et 2018. Cette hausse de la température est en grande partie due au réchauffement induit par les GES, partiellement compensé par le forçage dû aux aérosols anthropiques et aux changements d'utilisation et de couverture des sols. D'ici à la fin du XXIe siècle, la fréquence d'apparition des jours chauds et des nuits chaudes devrait augmenter de 55 % et 70 %, respectivement, par rapport à la période de référence 1976-2005.

La fréquence des vagues de chaleur estivales (avril-juin) sur l'Inde devrait être 3 à 4 fois plus élevée d'ici la fin du XXIe siècle par rapport à la période de référence 1976-2005. La durée moyenne des vagues de chaleur devrait également doubler, mais avec un écart important entre les modèles. En réponse à l'augmentation combinée de la température et de l'humidité de surface, on s'attend à une amplification du stress thermique dans toute l'Inde, en particulier dans les bassins des fleuves Indo-Gangetic et Indus.

Réchauffement de l'océan Indien

La température de la surface de la mer dans l'océan Indien tropical a augmenté de 1°C en moyenne entre 1951 et 2015, ce qui est nettement supérieur au réchauffement moyen mondial de 0,7°C sur la même période. Le contenu thermique de l'océan Indien a également connu une tendance à la hausse au cours des six dernières décennies (1955-2015), les deux dernières décennies (1998-2015) ayant été marquées par une augmentation particulièrement brutale. Au cours du XXIe siècle, la température de surface de la mer et le contenu thermique de l'océan dans l'océan Indien tropical devraient continuer à augmenter.

 

Changements dans les précipitations

Les précipitations de la mousson d'été (juin à septembre) sur l'Inde ont diminué d'environ 6 % entre 1951 et 2015, avec des baisses notables sur les plaines indogangétiques et les Ghâts occidentaux.

Au cours de la période récente, les périodes de sècheresse ont été plus fréquentes (27 % de plus en 1981-2011 par rapport à 1951-1980).

(27 % de plus entre 1981 et 2011 qu'entre 1951 et 1980) et des périodes humides plus intenses pendant la mousson d'été.

Dans le centre de l'Inde, la fréquence des extrêmes de précipitations quotidiennes a augmenté d'environ 75 % entre 1950 et 2015.

Avec la poursuite du réchauffement climatique et les réductions prévues des émissions d'aérosols anthropiques à l'avenir, les projections prévoient une augmentation de la moyenne et de la variabilité des précipitations de mousson d'ici la fin du XXIe siècle, ainsi qu'une augmentation substantielle des extrêmes de précipitations quotidiennes.

 

Sècheresses

La diminution générale des précipitations saisonnières de la mousson d'été au cours des six ou sept dernières décennies a entraîné une augmentation de la probabilité de sècheresses en Inde. La fréquence et l'étendue spatiale des sècheresses ont augmenté de manière significative entre 1951 et 2016. En particulier, les régions du centre de l'Inde, de la côte sud-ouest, de la péninsule sud et du nord-est de l'Inde ont connu plus de deux sècheresses par décennie, en moyenne, au cours de cette période. La superficie touchée par la sècheresse a également augmenté de 1,3 % par décennie au cours de la même période.

Les projections des modèles climatiques indiquent une forte probabilité d'augmentation de la fréquence (>2 évènements par décennie), de l'intensité et de la superficie touchée par la sècheresse en Inde d'ici la fin du XXIe siècle.

 

Élévation du niveau de la mer

Le niveau des mers s'est élevé dans le monde entier en raison de la fonte des glaces continentales et de l'expansion thermique de l'eau des océans en réponse au réchauffement climatique. L'élévation du niveau de la mer dans le nord de l'océan Indien s'est produite à un rythme de 1,06-1,75 mm par an entre 1874 et 2004 et s'est accélérée pour atteindre 3,3 mm par an au cours des deux dernières décennies et demie (1993-2017), ce qui est comparable au rythme actuel de l'élévation moyenne mondiale du niveau de la mer.

À la fin du XXIe siècle, le niveau de la mer dans la même zone devrait augmenter d'environ 300 mm, alors que la hausse moyenne mondiale prévue est d'environ 180 mm.

 

Cyclones tropicaux

On observe une réduction significative de la fréquence annuelle des cyclones tropicaux sur le bassin nord de l'océan Indien depuis le milieu du vingtième siècle (1951-2018). En revanche, la fréquence des tempêtes cycloniques très sévères pendant la saison post-mousson a augmenté de manière significative (+1 évènement par décennie) au cours des deux dernières décennies (2000-2018).

Cependant, un signal clair du réchauffement anthropique sur ces tendances n'est pas encore apparu.

Les modèles climatiques prévoient une augmentation de l'intensité des cyclones tropicaux au cours du XXIe siècle.

 

Changements dans l'Himalaya

L'Hindu Kush Himalaya (HKH) a connu une augmentation de température d'environ 1,3°C entre 1951 et 2014.

1951-2014. Dans plusieurs régions de l'HKH, les chutes de neige ont diminué et les glaciers ont reculé au cours des dernières décennies. En revanche, le Karakoram Himalaya, région de haute altitude, a connu des chutes de neige hivernales plus importantes qui ont protégé la région du retrait des glaciers.

D'ici la fin du XXIe siècle, la température annuelle moyenne à la surface du HKH devrait augmenter d'environ 5,2 %.

HKH devrait augmenter d'environ 5,2°C dans le scénario le plus pessimiste. Les projections indiquent également une augmentation des précipitations annuelles, mais une diminution des chutes de neige dans la région de HKH d'ici la fin du XXIe siècle, avec une grande dispersion entre les modèles.

 

Conclusions

Depuis le milieu du XXe siècle, l'Inde a connu une augmentation de la température moyenne, une diminution des précipitations de mousson, une augmentation des évènements extrêmes de température et de précipitation, des sècheresses et du niveau de la mer, ainsi qu'une augmentation de l'intensité des cyclones sévères, parallèlement à d'autres changements dans le système de mousson. Il existe des preuves scientifiques irréfutables que les activités humaines ont influencé ces changements dans le climat régional.

Les changements climatiques induits par l'homme devraient se poursuivre à un rythme soutenu au cours du XXIe siècle. Pour améliorer la précision des projections climatiques futures, notamment dans le contexte des prévisions régionales, il est essentiel de développer des approches stratégiques pour améliorer la connaissance des processus du système terrestre, et de continuer à améliorer les systèmes d'observation et les modèles climatiques.

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OK